Vidéos
Annuaire
Retour

Le Cheveu, une énergie ?
Coupe énergétique & trichothérapie



Et si une des clés de notre mieux-être se trouvait sur notre tête ? Nos quelque 120.000 cheveux sont en effet bien plus que des élé-ments de la pilosité humaine. Plusieurs techniques de soins et de coupes étonnantes émergent ces dernières années et pourraient bien redéfinir la relation que nous entretenons avec nos chevelures.





Une symbolique millénaire

Les traditions du monde ont toujours attribué au cheveu une importance considérable. Il a longtemps été associé à des qualités essen-tielles, en lien avec l’intériorité psychique et spirituelle de l’être humain.
Pour les Amérindiens, le cheveu est magique, il permet de se connecter à la Pachamama (la Terre-Mère) et contient les pensées autre-fois logées dans la tête. Plus les cheveux sont longs, plus l’on conserve son énergie vitale, à l’image des cheveux de Samson, dans la Bible, qui lui assuraient une force extraordinaire (avant qu’une femme ne les lui coupe dans son sommeil…). En Inde, on associe toujours aux cheveux du nouveau-né des mémoires karmiques indésirables et il faut donc les lui raser afin de l’en libérer.
Certains moines et pratiquants de nom-breuses religions marquent leur adhésion au culte et au retrait du monde matériel par la tonte des cheveux. Tandis que les cheveux longs de la période hippie ont été le symbole d’une rébellion contre l’ordre établi…
Au Togo, le cheveu revêt également un ca-ractère sacré. Même coupé, il demeure une extension de l’individu qu’il n’était pas ques-tion de toucher sans respect. D’ailleurs, de nos jours, les radiesthésistes et praticiens en radionique utilisent parfois un cheveu pour « lire » des informations ou « agir » à distance sur la personne concernée. C’est dire l’impor-tance de cet élément de la pilosité humaine !

Petit mémo biologique

Rappelons que le cheveu, comme les autres phanères, est essentiellement composé de kératine. Un nouveau-né possède plus de 1.000 follicules pileux par cm². Cette densité se réduit au cours de la vie et arrive à moins de 500 entre 30 et 50 ans. La vitesse de crois-sance des cheveux varie selon l’âge et les sai-sons, mais également selon une composante héréditaire. Elle est en moyenne de 0,7 à 2 cm par mois : en une vie, nous pouvons donc pro-duire ± 10 m de cheveux, soit 1.000 km mis bout à bout !
Le cheveu se divise en deux parties : la racine, qui est la partie non visible vivante, et la tige capillaire, qui est la partie visible, biologique-ment morte, constituée de trois parties : la cuticule, le cortex et la medulla (ou moelle).
Des agressions répétées, une mauvaise ali-mentation, le stress, ainsi que la pollution peuvent mettre en péril la vitalité capillaire. D’où l’importance de prendre soin de nos che-veux avec douceur (voir encadré).



La coupe énergétique

On l’aura compris, couper ses cheveux n’est pas un acte aussi anodin qu’il y paraît. Ainsi, des coiffeurs sensibilisés à diverses techniques énergétiques ont développé des approches qui tiennent compte des dimensions sub-tiles de nos « antennes capillaires ». C’est le cas de Rémi Portrait, coiffeur et auteur, qui est amené à un profond questionnement personnel et existentiel suite à la perte de tous ses biens matériels. Il commence alors un travail de développement personnel et corporel par le Shiatsu et la médecine chinoise. Il se forme ensuite à ces techniques avec Mi-chel Odoul, puis travaille avec Robert Zirmi, biologiste et bulbologue, qui lui transmet des informations précieuses sur le fonctionne-ment biologique du corps et de l’énergie. Ce dernier lui fait notamment comprendre que le rasoir émet une vibration sur le cheveu et que celle-ci agit sur le cerveau par le liquide cé-phalo-rachidien, ce qui agit sur nos mémoires cellulaires et émotionnelles.

Rémi Portrait comprend alors que sa vocation est d’accompagner les individus en traitant leurs cheveux afin de les aider à se libérer de leur histoire. C’est à partir de là qu’il crée la Coupe énergétique® sur base de ses pratiques énergétiques et thérapeutiques.
Outre la libération des mémoires, cette coupe, qui se réalise au rasoir sur les méridiens d’acupuncture passant sur le cuir chevelu, crée également une meilleure vascularisation et permet aux cheveux d’être beaucoup plus brillants, forts et de pousser plus vite.

La Trichothérapy®

Non, ce n’est pas une thérapie par le tricot, mais un véritable soin énergétique du che-veu, dont le nom est tiré du grec « tricho », signifiant tout simplement « cheveu ». Il est le fruit de l’expérience de Jill Andrieu, coiffeuse et ambassadrice de l’Oréal International pen-dant des années. N’étant plus en adéquation avec le monde dans lequel elle évolue, elle décide de quitter la France pour suivre des for-mations en lien avec l’énergétique, le corps et l’âme. Elle s’intéresse également à la psycho-logie jungienne et perçoit de plus en plus, au fil des années, le lien étroit qui unit le cheveu au bien-être global de l’être humain.

C’est en alliant ses nouvelles compétences en psychologie et en énergétique avec celles de la coiffure qu’elle crée la Trichothérapy®. Cette méthode utilise le tantô, un petit cou-teau-sabre japonais (utilisé à l’origine par les samouraïs) qui, au moment de la coupe, émet des vibrations qui seront transmises par les écailles du cheveu jusqu’au bulbe. Le but ? Libérer les toxines et les « contractions » phy-siques, émotionnelles ou psychologiques.

En coupant les cheveux au rasoir ou au petit sabre, les coiffeurs-énergéticiens et tricho-thérapeutes viennent stimuler le bulbe pi-leux, dynamiser le muscle érecteur, réveiller les méridiens crâniens et tonifier le cuir che-velu. Cette action, pratiquée en conscience, libère ce qui enserre la gaine du cheveu, ce qui l’enferme et altère sa capacité innée à être un bon récepteur-émetteur… pour notre plus grand bien-être !

Olivier Desurmont

RÉFÉRENCES :
« Cheveu, parle-moi de moi » de Rémi Portrait et Michel Odoul chez Albin Michel
• « Vos cheveux disent tout de vous » de Rémi Portrait chez Albin Michel
• coiffeur-energeticien.com
• wikipedia.org nana-turopathe.com
• inrees.com



Paru dans l'Agenda Plus N° 285 de Mars 2017
Retour