Vidéos
Annuaire
Retour

Le bio belge en pleine expansion !



Le bio est bien plus qu’une simple tendance, il attire de plus en plus de consommateurs et d’agriculteurs. En Wallonie, plus d’1ha agricole sur 10 est désormais consacré au bio ! Un chiffre qui a doublé en à peine 10 ans. Et l'on s’en réjouit.





De plus en plus d’agriculteurs wallons se tournent vers le bio. Pas seulement pour des questions écologiques, politiques ou de valeurs, mais aussi parce que le bio est souvent plus rentable. Ainsi, dans la rubrique « actualités positives » de notre édition de mars, nous vous parlions d’une importante étude française de l’Insee qui dévoilait l’analyse de 1.800 exploitations bio sur trois secteurs (le maraîchage, la viticulture et la production de lait de vache), comparée aux données de 28.000 exploitations conventionnelles des mêmes secteurs. Résultats : le bio parvient à générer un chiffre d’affaires à l’hectare supérieur aux fermes conventionnelles grâce à leur petite taille, au recours à une main-d’oeuvre plus importante et à la réduction des intermédiaires par le biais des circuits courts.
Cette meilleure rentabilité n’échappe pas aux agriculteurs wallons. Ainsi, plus d’1ha agricole sur 10 est désormais cultivé en bio ! C’est le double par rapport à 2008. Les fermes restent de petite taille : 47,7 hectares en moyenne contre 10 de plus pour l’agriculture conventionnelle. Un tiers des agriculteurs bio wallons sont situés en Province de Luxembourg, suivent Liège (29%), Namur (20%), le Hainaut (12%) et le Brabant-Wallon (5%). Les chiffres de 2017 ne sont pas encore disponibles mais, entre 2016 et 2015, 146 exploitations supplémentaires ont été certifiées. Un record dans l’histoire du bio en Wallonie !

2.000 fermes bio à l’horizon 2020 ?

Cette belle expansion du secteur bio ne semble pas près de s’arrêter, au contraire ! Fin 2017, le gouvernement wallon a approuvé le projet de révision à mi-parcours du « Plan stratégique pour le développement de l’agriculture biologique en Wallonie à l’horizon 2020 ». Des objectifs plus audacieux ont ainsi été fixés par le Ministre Wallon de l’Agriculture, René Collin.
En juin 2013, le gouvernement wallon s’était en effet doté d’un Plan Stratégique bio qui fixait des objectifs d’évolution à l’horizon 2020, à savoir : 14% de la surface agricole utile cultivée selon les règles du bio, 1.750 exploitations sous contrôle bio et 3% du total des produits alimentaires achetés en bio. À deux ans de l’échéance de ce Plan, l’objectif initial est déjà réalisé à plus de 60% concernant les surfaces, à 75% pour le nombre d’exploitations et à plus de 90% pour la part de marché en bio ! Sur base de cette progression, les objectifs initialement fixés ont donc été revus à la hausse. Ainsi, le Ministre René Collin a proposé au gouvernement wallon un projet de révision du Plan pour coller davantage à la réalité du terrain. Des moyens complémentaires ont donc été débloqués pour atteindre, en 2020, 18% de la surface agricole utile, 2.000 exploitations certifiées bio et 6 % de part de marché des produits bio !

Marchés bio à Bruxelles
Les marchés bio connaissent un important développement en Région bruxelloise. Interrogé à ce sujet, Didier Gosuin, ministre régional de l’Économie, a confirmé l’importance du phénomène avec quelques chiffres. Ainsi, entre 2012 et 2017, on note une augmentation de 173,3% des marchés bruxellois comportant au moins un stand de produits bio et, plus précisément, une augmentation du nombre de stands de produits bio de 113,2% en 5 ans. Une évolution à suivre de près !


La Semaine bio se prépare à vivre sa 14ème édition…
l’agriculture biologique ! Le secteur nous invite à découvrir des produits de qualité certifiés 100% bio. Magasins et marchés, producteurs, transformateurs, distributeurs et même restaurateurs ouvrent leurs portes. Une belle opportunité pour découvrir les nombreux acteurs locaux qui ont choisi ce mode de production. En famille ou entre amis, participons aux nombreuses activités organisées (fermes ouvertes, ateliers ludiques, dégustations, marchés, …) qui se dérouleront en Wallonie et à Bruxelles. Le programme précis sera révélé début mai !
Toutes les infos sur semainebio.be


Magasins et grossistes
Bien que le chiffre précis ne soit pas connu, il y aurait près de 500 magasins bio en Belgique, sans parler des herboristeries ou des magasins à la ferme. Près de 60% de ces magasins sont situés en Flandre et à Bruxelles, les 40% restants étant situés en Wallonie.
Côté grossistes, l’offre qui est faite aux magasins est très grande, presque surdimensionnée. Celle-ci témoigne de la vitalité et de l’expansion de ce marché. On constate ainsi la présence d’une multitude de petits grossistes locaux, surtout pour les produits frais, dont l’activité se base sur une forte tendance aux achats les plus locaux possibles.
Parmi les entreprises plus importantes, il faut mentionner Hagor (groupe Natudis/Wessanen), actif sur les marchés belge et luxembourgeois, Biofresh, créé en 1980, Mannavita (qui existe depuis 1971), Hygiena (depuis 1954 !), Vajra (depuis 1982), Interbio, Oce Bio et Revogan. D’autres entreprises se sont spécialisées, comme Delibio pour les produits frais ou encore Ecodis pour les produits laitiers.



20 actions et 3 millions d'euros

Pour parvenir à ces nouveaux objectifs, 3 millions d’euros sont alloués aux acteurs chargés de la mise en oeuvre de ce Plan Stratégique : le Centre wallon de recherche agronomique (Cra-w) et sa cellule transversale bio, Biowallonie, la SoCoPro et l’Agence wallonne de promotion d’une agriculture de qualité (Apaq-w). Ce plan se décline en 20 actions, réparties à travers 5 axes que sont : la recherche, le développement, l’encadrement, la formation et la promotion.
Parmi les actions qui seront prises, le Cra-w augmentera la surface de ses terres converties au bio pour mener à bien des recherches spécifiques aux grandes cultures et au maraîchage. La DGO3 — Direction générale opérationnelle Agriculture, Ressources naturelles et Environnement — lancera un appel à projets visant à favoriser le développement de filières complètes en vue de pouvoir couvrir la consommation wallonne et ainsi réduire les importations.
De leur côté, Biowallonie encadre les agriculteurs conventionnels avant leur conversion au bio afin d’optimaliser leur potentiel d’évolution et la SoCoPro développe un volet « bio » au sein de sa cellule d’information sur l’agriculture wallonne afin de communiquer de façon objective sur ses spécificités. Enfin, l’Apaq-w poursuit ses missions de promotion du secteur bio auprès des consommateurs (voir encadré « Semaine Bio »).
Bref, le bio est en pleine expansion pour le plus grand bien de la santé des consommateurs, des acteurs du secteur, de l’économie et de la Terre. Que demander de plus ?

Olivier Desurmont
RÉFÉRENCES :
« Quel avenir pour l'agriculture bio ? » de Roland Vidal chez UPPR Editions
• « Le tout bio estil possible ? 90 clés pour comprendre l'agriculture biologique » de Bernard Le Buanec chez Quae éditions
• biowallonie.com
• natexbio.com
• articles sur Itinéraires BIO n°39, lesoir.be & sillonbelge.be





Paru dans l'Agenda Plus N° 297 de Mai 2018
Retour