Vidéos
Annuaire
Retour

Découverte du Watsu®



Se laisser porter, flotter, se détendre, voilà quelques promesses faites par le Watsu®, une technique de relaxation aquatique qui séduit de plus en plus de monde!





Il était une fois aux Etats-Unis…

C’est un peu par hasard qu’Harold Dull crée cette technique. Adepte du travail en milieu aquatique et fervent voyageur formé au Zen Shiatsu lors d’un séjour au Japon, il lui vient un jour l’idée de proposer des séances de Shiatsu dans une piscine d’eau thermale. Tout est plus facile, plus fluide et plus ample. Peu à peu il adapte les mouvements à l’élément aqua-tique. Nous sommes au début des années 80 dans les sources thermales de Harbin en Cali-fornie. Le water shiatsu ou Watsu® est né. De-puis, la technique a trouvé des adeptes dans le monde entier et notamment en Belgique où de nombreux praticiens la proposent.

Comment se passe une séance chez nous.

Toute séance de Watsu® compte trois inter-venants : le praticien, le receveur et l’eau. Ce troisième est très important et joue un rôle primordial de par sa nature qui offre souplesse, force et résistance. Afin de jouer son rôle de façon optimale, elle doit être à une tempé-rature proche de celle du corps, l’idéal étant 35°. Le receveur, en maillot, prend place dans une piscine conçue pour le travail aquatique. Couché sur le dos, le receveur est soutenu au niveau de la tête et du bassin par le praticien. La plupart du temps des flotteurs sont utilisés pour soutenir les jambes. Ensuite, le praticien, l’invite à se détendre et à se laisser guider.
Avant et après la séance, un échange verbal est prévu. Des mouvements lents et amples, de douces transitions et des massages induits par le contact de l’eau, s’enchaînent dans un flux continu pendant 60 minutes. Le corps s’étire avec une mobilisation de la colonne et de toutes les articulations. Tout ceci en accompagnant le rythme respiratoire du receveur afin de l’emmener vers une respiration plus ample et plus profonde. Chaque séance est unique et chaque praticien lui apporte sa touche personnelle liée à ses formations et son ressenti. Une structure de base existe, mais rien n’est figé, la séance peut être plus ou moins dynamique.

Un voyage aquatique

Grâce à la fluidité des mouvements et à l’effet rassurant de la chaleur enveloppante de l’eau, la confiance s’installe doucement. Le corps flotte, se délie et le mental s’apaise. « Le contact physique induit une certaine proximité et pour certaines personnes, cela est difficile au début » explique une thérapeute qui pratique depuis 20 ans. «Se laisser porter physiquement est une expérience que nous avons très rarement l’occasion de vivre. Cela demande une confiance et un lâcher prise qui ne sont pas évidents pour tout le monde, mais qui s’installent rapidement.» C’est un véritable moment d’être et pas de faire, ce qui est pré-cieux dans cette vie où tout nous pousse au contrôle et à la gestion. Dans cette eau accueil-lante, il faut « tout simplement » se laisser aller comme en apesanteur. «L’eau permet une véritable rencontre avec le corps ». C’est une occasion de plonger dans un état de conscience inhabituel et de se (re)découvrir.

Les Bienfaits

« Cette approche aquatique est au départ une approche plutôt corporelle mais en fait, elle est profondément psychocorporelle, presque méditative. » nous explique une thérapeute.
Les mouvements effectués libèrent progressi-vement des tensions, les muscles se détendent déliant les courbatures et relâchant les tissus ligamentaires. Quant à la circulation sanguine périphérique, elle s’en trouve améliorée et la respiration aussi devient plus fluide.
Au niveau énergétique, le Watsu® permet de rééquilibrer les méridiens à travers tout le corps et d’ouvrir les chakras. Cela apporte une plus grande confiance en soi, en l’autre, en l’eau, en la vie. Pour de nombreuses personnes, cela influence la qualité de leur sommeil.
Les bienfaits sont larges et se répercutent au niveau physique, émotionnel et psychique. Le Watsu® s’adresse à tous, même ceux qui ne savent pas nager ou qui ont peur de l'eau, que ce soit en raison d’un problème physique, pour relâcher le corps lors de la grossesse ou pour s’offrir une parenthèse bien-être. Cela peut être considéré comme thérapeutique puisqu’en grec, thérapeutès, signifie avant tout : prendre soin. Dans ce cas, ce soin aqua-tique est un merveilleux outil pour accéder au bien–être !

Le Watsu® et les enfants

Il n’y a pas d’âge pour commencer. Des séances sont même adaptées aux bébés. Certains viennent car ils n’arrivent pas à gérer leur stress, sont hyper-nerveux ou ont des troubles du sommeil. D’autres viennent suite à des trau-matismes, entre autres dans l’eau, et le Watsu® est alors une expérience réparatrice.
« Chaque séance est unique, quel que soit l’âge, en fonction de la démarche et de ce que le corps exprime », explique une prati-cienne. « Bien sûr, avec des enfants, j’adapte le rythme et les mouvements en accordant plus de place au côté ludique, par exemple. Certains viennent plusieurs fois pour être ac-compagnés dans un processus. Pour les ados, c’est une approche très intéressante, à cette période où le corps vit des transformations énormes, le Watsu® permet de se reconnec-ter, de se « réconcilier » avec ce corps et de se sentir mieux dans ses baskets grâce à la dimension enveloppante de l’eau et les gestes de bercement sécurisants ».

Et le Wata®, c’est quoi ?

Cette autre technique de relaxation aqua-tique a été mise au point en Suisse en 1987 par Arjana Brunschwiler, kinésithérapeute et Peter Schriter, psychologue. Son nom vient de la contraction de WasserTanzen. Ici, le re-ceveur, muni d’un pince nez, est progressive-ment immergé dans l’eau avec des périodes d’apnée plus ou moins longues. La respiration joue un rôle très important, avec des inspira-tions longues et profondes afin de bien s’oxy-géner. Cette approche s’appuie sur le réflexe de plongée, qui ralentit le rythme cardiaque, la pression sanguine et le processus d’échanges gazeux, ce qui permet une plus grande absorp-tion de l’oxygène. Les repères espace-temps disparaissent complétement dans des allers-retours entre la surface de l’eau et sous l’eau.

L’avis d’une maman

Ingrid a pris contact avec une praticienne pour sa fille qui s’est retrouvée avec une double luxation rotatoire des vertèbres C1 et C2. Un long chemin de rééducation l’attendait et heureusement ce chemin fut allégé par les séances de Watsu® et Wata® : « Comme ma fille adore l’eau, il me semblait que c’était un bon moyen de l’aider à retrou-ver confiance en elle, en son corps et en sa grande sensibilité. Au fil des séances, il y a eu de très beaux moments d’abandon, avec une nette préférence pour le Wata®. Elle attendait avec impatience ces moments d’immersion dans l’eau. Je suis convaincue que cela lui a redonné la mobilité et une joie d’être dans son corps. Des moments de rire et de taquine-rie, elle adorait cela. S’il elle avait pu, je crois qu’elle serait venue toutes les semaines voire plus ! J’ai pu voir mon enfant s’abandonner dans l’eau, se laisser bercer, rire et son irrésis-tible envie de jeu rejaillir petit à petit. »
Que demander de plus ? Essayez et adoptez !

Vanessa Jansen



Paru dans l'Agenda Plus N° 299 de Juillet 2018
Retour